Guinée: Alpha Condé et les narcotrafiquants

 

Quand la junte militaire (CNDD) arriva au pouvoir en décembre 2008, Alpha Condé qui fut leur principal conseiller les dressa contre les Peuls en expliquant que les commerçants peuls travaillent dans le trafic de drogue et avec l’argent de l’Etat. Le but était de salir et neutraliser tous les opérateurs économiques peuls et faire écarter les leaders politiques peuls avant les élections démocratiques qui pointaient à l’horizon. Une commission spéciale « Commission Enquêtes et Arrestations du CNDD » fut créée sous l’autorité de Sékouba Konaté, ministre de la défense qui déclara à l’homme d’affaires Guido Santullo que tant que eux ils sont dans l’armée, un Peul ne sera jamais Président en Guinée (Lire).

Le leader politique Cellou Dalein Diallo, les hommes d’affaires peuls et des militaires soussous furent particulièrement pris pour cibles. Même Korka Diallo, un officier supérieur membre du CNDD et ancien chef hiérarchique et bienfaiteur de Dadis sera humilié publiquement sous prétexte que ce dernier a voulu aider la fille de Dadis (à son insu) alors que cette dernière avait pourtant formulé une demande officielle en tant que guinéenne au service de Korka. Ce dernier, un des plus instruits dans l’armée guinéenne, n’aura cependant pas le courage de dire au chef de l’Etat qu’il n’est point tenu se référer au père en traitant le dossier d’une guinéenne majeure. D’ailleurs la lâcheté que Dadis a voulu reprocher à Korka était sa pratique à lui-même qui passait tout son temps à rendre service et à signer des décrets de promotion aux proches de Sékouba Konaté.

Le capitaine Dadis, en quête de légitimité populaire et de reconnaissance internationale, et qui commença à se douter des manœuvres ethniques d’une partie du CNDD, pris personnellement la situation en main. Son homme de confiance et originaire de la même région que lui, Tiégboro Camara, fut chargé des investigations sur le terrain. De même, le ministère chargé de la justice est confié à un autre Forestier. Ainsi, toutes les opérations furent menées dans une transparence totale avec le peuple tout entier pris pour témoin (Saisies, liste des personnes impliquées rendue automatiquement publique, auditions publiques des narcotrafiquants et d’autres témoins).  Le programme tourne alors à l’envers. Tous les Peuls préalablement cités furent blanchis par les résultats des travaux de l’équipe de Tiégboro. Dadis le dira lui-même en live à la TV nationale, en fustigeant “ceux qui ont voulu l’induire en erreur contre toute une ethnie” selon ses propres mots sans, toutefois nommer personne. Du coup, Alpha Condé commence à prendre sa distance avec la junte. Le RPG et ses agents créent des mouvements anti-CNDD pour mobiliser ses militants et d’autres guinéens afin de combattre la junte. Le mouvement « La Guinée d’abord » vit le jour, dont le président sera un des porte-paroles de l’arc-en-ciel.

Dadis laissa, malgré tout, instrumentaliser son pouvoir contre les Peuls et certains Soussous considérés comme obstacles pour les ambitions du RPG. Il se laissa en même temps manipuler pour renier ses engagements et insulter les diplomates accrédités en Guinée (L’ambassadeur de l’Allemagne par exemple).

Sékouba Konaté fait savoir que Dadis sera candidat du CNDD à l’issue de la transition qu’ils dirigent et Moussa Keita criait haut et fort « Diadis ou la mort ! ». Les deux hommes commencent la campagne de Dadis à Macenta le mettant directement en mal avec les Forces Vives.

A l’échelle internationale, les réseaux d’amis et maçonniques d’Alpha Condé dont Bernard Kouchner (Ministre des affaires étrangères de France à l’époque) et des journalistes du genre François Soudan et Albert Bourgie utilisent des médias internationaux et l’influence française au sein des Nations Unies pour mobiliser la communauté internationale contre ce qu’Alpha Condé qualifiera de règne des barbares et cannibales en Guinée (Lire et écouter Alpha lui-même). On connait la suite (le crime contre l’Humanité du 28 septembre 2009) et la fin tragique du régime de Dadis.

M’Bemba Bangoura, le gouverneur narcotrafiquant de Faranah au service d’Alpha Condé ?

En novembre 2006, le gouverneur de Faranah, M’Bemba Bangoura, pour accueillir des cargos de cocaïnes, va jusqu’à faire nettoyer la piste d’atterrissage des avions transportant la drogue par les élèves de Faranah qu’il fait sortir des cours pour cela. Au cours de son audition du 18 mars 2009, il dira lui-même avoir reçu des produits pharmaceutiques, des chaussures et 10 000 euros des mains du narcotrafiquant Sidiki Mara, pour avoir participé et facilité les opérations de débarquement de la cocaïne en Guinée.

La Cocaïne qui rentrait par Faranah était convoyée dans des remorques en direction de Conakry, la capitale. On comprendra à travers les témoignages de M’Bemba Bangoura lui-même que pour chaque atterrissage de vol de cocaïne à Faranah (ville où il était gouverneur), il percevait 10 000 euros au moins (Suivre son audition).

A l’arrivée d’Alpha Condé et du RPG au pouvoir en Guinée, des procès étaient prévus contre les narcotrafiquants démasqués publiquement avec des preuves et des dossiers complets.  Ils ont été tous annulés. Le pays orienté à nouveau vers l’Amérique Latine dont le Brésil en particulier. Tous les narcotrafiquants de la police, de l’armée, de la justice, de la haute administration et leurs complices ont été remis en service. C’est le cas du procureur de la République William Fernandez (Lire), des responsables de sécurité Termite Mara, Bo Keita et de l’ancien gouverneur de Conakry M’Bemba Bangoura, récemment nommé à la fonction de maire de Dixinn en violation de la Constitution, dans l’indifférence de l’opposition qui veut pourtant avoir des élections équitables et transparentes (Lire).

C’est à se demander si nos anciens ministres opposants se rappellent que les conseils des collectivités territoriales dissouts illégalement par le gouvernement et remplacés par décrets ou arrêtés ministériels interviennent dans le processus électoral ? M’Bemba Bangoura, loubard et opportuniste dont on connait le zèle et la vulgarité n’a pas été choisi au hasard pour coiffer la marie de Dixinn, centre de toutes les manifestations de l’opposition.

La reprise du narcotrafic avec des proches d’Alpha Condé et agents du RPG ?

Le recyclage des narcotrafiquants dans l’administration guinéenne par le régime RPG nous impose la réflexion suivante: Alpha Condé serait-il le baron de la drogue dont le nom n’a jamais été révélé au public ?

Comme nous le savons entretemps, l’opposant Alpha Condé qui ne travaillait pas a pu acheter tous les hauts fonctionnaires et officiers de l’armée au temps de Lansana Conté jusque dans l’entourage du président, selon les récentes révélations de Malick Sankhon ancien proche de Conté qui travaillait lui-même au secret pour Alpha Condé. D’après Alpha Condé lui-même (confirmé par Abdoulaye Condé, fondateur de ‘La Nouvelle Tribune’), il avait dépensé jusqu’à 2 millions d’euros pour acheter le poste de PM pour Lansana Kouyaté en 2007 (Suivre). D’où vient tout cet argent ?

En effet, si on ne peut pas prouver qu’Alpha Condé est narcotrafiquant, personne ne peut nier qu’il a réhabilité dans son administration toutes les personnes qui ont été arrêtées par le CNDD avec des preuves de leur implication et qui ont publiquement avoué avoir participé au trafic de la cocaïne en Guinée.

Le recyclage des narcotrafiquants par le régime RPG n’a cependant pas échappé à la vigilance des services de renseignement et de sécurité de nos voisins sérieux. Ainsi, le 10 mars 2013, un passager de nom de Moussa Keïta, en provenance de Sao Paulo, tombe à l’aéroport de Dakar, souffrant de maux de vendre.  Le nom n’échappe pas à la vigilance des services sénégalais de lutte contre la drogue (Ocrtis). En effet, “Moussa Keïta” est un nom sur la longue liste des trafiquants de drogue détenue par les services sénégalais qui le passeront au contrôle spécial au lieu de se contenter d’évacuer “un malade transitaire” à l’hôpital.

Résultat des examens: Moussa avait avalé près de 70 boulettes de cocaïne au Brésil avant d’embarquer pour le Sénégal (Lire).

 

 

GUINEEPRESSE.INFO

 
 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

 
 

Leave a Comment

 




 
 
*
 
 
 
Sharing Buttons by Linksku